Avez-vous appris à laisser vos émotions vous traverser ? 

On peut dire que la Vie, c’est vivre des émotions. 

Oui mais voilà, nos émotions, elles nous dérangent. Elles prennent beaucoup de place. Parfois on pense qu’elles sont inappropriées. On les ressent peut-être un peu trop intensément, un peu trop profondément. On aimerait ne pas ressentir la gorge qui se noue, les mains qui tremblent, la peur qui vient nous ronger le ventre. 

Et puis on s’empêche de rire trop fort, d’aimer comme on le voudrait ou de partager ce qu’il y a de plus beau en soi. 

Quand on y pense on ne nous a jamais réellement appris à gérer nos émotions. C’est tout de même étrange quand on réalise ce que l’on passe notre temps à vivre des émotions. 

Partager ses émotions avec les autres nous fait bien évidemment peur. 

Nous avons peur de nous mettre à nue dans notre pensée et dans notre coeur car nous sommes des pudiques émotionnels. 

Cependant on oublie quelque chose lorsque l’on joue le jeu de la Vie. 

La Vie, c’est vivre des expériences. 

Ces expériences produisent toutes. Sans exception. Des émotions. La palette des émotions est infinie. Et c’est d’ailleurs la palette des émotions qui fait toutes les couleurs de la Vie. 

Il y a une chose que l’on a tendance à oublier en matière émotionnelle et je pense qu’il est bon de le souligner. Cette chose c’est : je ne suis pas mes émotions. Mes émotions ne sont pas moi. Je pense que chacun peut s’approprier ces phrases à sa façon. 

Si je comprends profondément que je ne suis pas mes émotions, je peux alors aller les visiter d’une façon plus légère, avec un air moins grave, avec un ton plus joyeux. Avec l’envie, peut-être, d’aller voir ce qu’il y a derrière ces émotions. Ce que nos émotions souhaitent nous dire sur nous-même, sur les autres, sur la Vie. Sur nos valeurs. Sur ce que l’on souhaite réellement expérimenter dans la Vie.

Puis, finalement, la façon la plus simple de se déplacer dans ce grand voyage qu’est la Vie sans être trop encombré, et bien, c’est de laisser nos émotions nous traverser. D’arrêter de les porter comme un énorme fardeau sur notre dos. Et de les laisser là où elles n’ont plus véritablement besoin d’exister.

J’ai beaucoup de respect pour la plupart des êtres humains aujourd’hui qui vivent sans se laisser le temps de vivre. Et c’est complètement fou de se dire qu’aujourd’hui beaucoup vivent sans se laisser le temps de vivre. Car nous sommes tout de même là pour cette unique raison : pour vivre, tout simplement…

Pour écouter la version audio de ce texte c’est juste ici. 

 

 

 

Follow
...
Retour

Panier

0

Votre panier est vide.

Total
0
Payer
Empty

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!